Et vous êtes-vous heureux?

C’est une question que j’ai posée à plusieurs personnes et souvent j’avais l’impression qu’ils voulaient se convaincre que oui ils étaient heureux…

« J’ai une belle maison, une belle voiture et un travail je ne peux qu’être heureux… » Non pas forcément. Lorsque l’on est dans une passe difficile et qu’on ne comprend pas pourquoi on se dit souvent ou notre entourage nous rappelle qu’on a « tout pour être heureux ! ». Alors pourquoi ne le ressentons-nous pas ?

Tout d’abord, être heureux c’est pour moi être bien en nous-même, être de plus en plus en accord avec nos valeurs profondes, les valeurs qu’on a dans nos tripes pas forcément celles qu’on nous a inculquées, où celles que la société voudrait qu’on ait.

Le bonheur passe par le corps

La sophrologie m’a appris qu’être heureux ça passait par notre corps. Notre corps sait quand on est heureux: ça s’inscrit à l’intérieur dans notre chaire, dans nos cellules…

C’est pour cela que s’écouter, écouter notre corps est si important. Les signaux qu’il nous envoie sont de grands indices. Je ne dis pas que c’est facile, c’est un travail de tous les jours et il y a aussi des jours où on n’y arrivera pas et c’est comme ça.

Ce que j’apprécie avec la sophrologie c’est cette capacité qu’elle a nous faire un zoom sur cette harmonie corps-esprit, comment l’un ne fonctionne pas sans l’autre. Les débuts sont souvent difficiles, faire un zoom veut dire aussi voir les douleurs, les choses qui ne sont pas très alignées en nous. Dans mon cabinet de sophrologie, mes sophronisants sont souvent surpris lors de la première séance, « oula je ne savais pas que j’avais mal ici, la douleur m’a surpris ». Bien sûr c’est surprenant, car pendant une séance de sophrologie on va écouter ses sensations… C’est bizarre comme truc, le plus souvent on écoute nos sensations négatives que quand elles deviennent fortes, nous clou au lit ou nous empêchent de bouger… Sans parler des sensations positives, on les écoute quand celles-là ? 1min par jour, une minute où on arrive à calmer le flot des pensées, et ensuite Bam on repart.

Et puis avec l’entraînement,  au fil des séances c’est de plus en plus facile jusqu’à devenir une habitude. Une habitude d’entendre chuchoter son corps plutôt que d’attendre qu’il crie. Et on est vraiment heureux quand on fini par y arriver.

Savoir exprimer ses émotions pour être heureux

Être heureux ce n’est pas vivre dans le monde des bisounours, il y a des passages difficiles. Et pourquoi pas les vivre pleinement eux aussi ? Nos émotions sont aussi précieuses :

 “Les émotions sont le trait d’union entre le corps et l’esprit.” Christophe André

S’autoriser à être triste ou en colère. Être heureux ne veut pas dire que la colère, la tristesse et la frustration ne doivent pas faire partie de notre vie, c’est peut-être juste les accepter, sans chercher à lutter, sans chercher à tout analyser, laisser faire ce qui est là. Juste là.

Ne pas se juger mais essayer de se reconnecter à notre être profond. A ce qui nous fait vibrer : peut-être que c’est cette grosse voiture dans notre garage, ou peut-être est-ce juste une tasse de thé chaude ?

Apprécier chaque moment, voir ce que ça fait à l’intérieur, nous permets d’aller vers les choses justes. Les choses qui nous rendent heureux.

Accepter et laisser sortir ses émotions est l’un des premiers pas vers le bonheur.

sophrologie grenoble happy

Etre heureux c'est savoir conjugué passé, présent et futur

La sophrologie aide à ancrer dans nos vies de plus en plus de moment en conscience, plus on est dans le moment présent, plus on peut apprécier les sensations positives et plus on peut être heureux.

Être heureux c’est avoir des rêves et y croire, être heureux c’est se rendre compte du chemin parcouru, être heureux c’est être dans le présent. Être heureux c’est être la personne tridimensionnelle que nous sommes : nous avons un passé qui a fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui. Même dans les épreuves passées il y a tant de belles choses à recueillir. Nous avons un présent qui mérite d’être vécu et nous avons un futur que nous pouvons choisir de vivre positivement. Un futur qui tissera des liens de plus en plus étroits avec nos valeurs profondes, et qui permettra d’exprimer toutes nos capacités.

Lorsque l’on est heureux on simplifie notre vie. Ça peut passer par faire du tri dans nos relations, éliminer celles qui sont toxiques ou qui ne nous apportent rien de très positif.

On dit souvent « vivre d’amour et d’eau fraiche » c’est vrai que quand on est heureux on a besoin de moins de choses, on s’éloigne des choses matérielles. Si on est vraiment dans le présent on arrive à trier nos vieux objets, ces objets dont on avait du mal à se séparer. Faire du tri ne veut pas dire oublier le passé, les souvenirs restes. Pour avancer il faut se désencombrer.

Etre heureux c'est contagieux

Plus vous arriverez à vous recentrer sur ces moments positifs, ces petits instants « entendre sa musique préférée à la radio, manger ce délicieux morceau de chocolat lové dans votre canapé, voir le sourire d’un enfant… » et plus votre entourage sentira le changement en vous. Plus votre « happiness » sera contagieux et vous verrez que vos relations en seront changées.

C’est dur à accepter mais on cherche souvent le coupable à notre malheur, un tel ou un tel, ou un évènement qui n’aurait pas dû se passer comme ça, et finalement nous sommes le seul responsable de ce qui nous arrive de comment nous laissons s’installer les émotions en nous.

Nous pouvons regarder les évènements négatifs seulement comme tels. Ou nous pouvons nous dire que finalement ce licenciement ne tombe pas si mal : ce job n’était clairement pas celui de nos rêves. Rebondir sur les évènements le plus souvent possible.

Nous sommes responsables de notre bonheur, nous sommes la première personne à pouvoir nous rendre heureux.

Accepter qu’on a les cartes en main « Le plus important (…) , ce ne sont pas les cartes, c’est ce que vous en faites ! »  winamax.

Etre heureux c'est comme tout il faut un début !

Pour une personne « novice » tout cela c’est de beaux discours. Au départ on a souvent du mal à arriver dans cette dynamique-là. Passer de « je passe mes journées à me plaindre, à juger, à me juger, à subir la vie » à « je suis heureux en conscience de tout ce que la vie me propose de beau à vivre » c’est juste un truc inatteignable.

Je dirai que c’est le travail d’une vie, que des fois ça sera plus facile que d’autre mais ce qui m’a personnellement beaucoup aidé c’est d’installer des habitudes dans ma vie.

Pratiquer la sophrologie quotidiennement a été d’une grande aide et m’a fait avancer à vitesse grand V. J’ai surtout appris à dire STOP. Arrêter ces listes incessantes dans ma tête, à arrêter de dire oui même quand je n’ai pas envie, arrêter de prendre mon corps pour un véhicule qui va d’un point A à un point B, arrêter de penser que les autres sont la cause de mes soucis. Accepter par exemple qu’il y a peut-être des gens, même si je tiens beaucoup à eux, qu’ il vaut mieux écarter de ma vie. Apprendre que l’on peut aussi être heureux sans raison !

Voilà en quoi pratiquer la sophrologie aide à être heureux, rien de miraculeux, juste être là, être soi et souvent pour commencer ce chemin c’est dur d’être seul.

Le sophrologue est là pour vous accompagner.  Il vous apprend à chercher votre réel objectif,  à aller à l’intérieur de vous sans jugement, sans apriori.

En conclusion, Etre heureux ne dépend que de vous…

 

Shirley Diasparra

Sophrologue à Grenoble

Catégories : Sophrologie

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *