C’est une question qui revient souvent, j’avoue avoir un peu de mal à répondre à cette question car la sophrologie est pour moi un chemin de vie, une nouvelle écoute de son corps, une nouvelle ouverture au monde. Comme dirait le professeur Caycedo (fondateur de la sophrologie) :« Et surtout ne croyez pas un mot de ce que je vais vous dire : Expérimentez. Ce que je vais vous dire n’est pas la vérité, c’est mon ressenti, mon sentiment »

La sophrologie est une expérience, un vécu. Chaque séance est différente et il est difficile pour moi d’en faire une généralité. Je me suis quand même essayée à l’exercice

Définition de la sophrologie Caycédienne

La sophrologie est une méthode de développement personnel qui aide à se reconnecter à son corps, son esprit, ses capacités et ses valeurs. Par le biais d’exercices de respiration, de mouvements et de visualisation nous allons entraîner notre corps et notre esprit pour développer plus de sérénité et un certain mieux-être.

J’ai été formée à la Sophrologie Caycédienne, celle qui a été portée par le professeur Caycedo et qui est « l’originale ». Cependant le terme sophrologie regroupe à lui seul beaucoup de « techniques » différentes. Le professeur Caycedo n’ayant pas déposé le nom « sophrologie » certains s’en sont emparés et on trouve franchement de tout et n’importe quoi…

Je ne suis pas dans un jugement mais une réelle constatation… Je suis moi-même formée à différentes techniques comme par exemple le reiki et je trouve que mélanger le reiki et la sophrologie en une seule séance serait juste … incompatible….

En sophrologie Caycédienne nous pratiquons debout ou assis mais très rarement allongé (sauf exceptions avec techniques sur le sommeil). Nous ne nous visualisons pas comme des arbres ou tout autre chose la priorité c’est de mettre de la conscience dans notre corps et pas forcément de nous évader vers des contrées lointaines.

Je ne renie aucunement les autres pratiques qui peuvent très certainement avoir leurs adeptes et faire énormément de bien mais la relaxation n’est pas le seul but recherché en sophrologie.

sophrologie enregistrement séance

Un accompagnement mais aussi un entraînement personnel

J’aime dire aux personnes qui viennent me voir que je ne suis là que pour les accompagner. En séances de sophrologie individuelles dans mon cabinet à Grenoble, la personne repart avec son enregistrement de la séance pour ensuite pouvoir re-pratiquer à volonté chez elle.

L’entraînement est l’une des choses les plus importante en Sophrologie Caycédienne. Bien sûr faire entrer une nouvelle habitude dans sa vie est souvent difficile et demande des efforts. C’est comme ça que va se dévoiler notre conscience. Que la sophrologie prendra vraiment sa place et que l’évolution personnelle pourra se faire plus harmonieusement.

Il faut faire avec ses moyens. C’est pour ça que dans mon cabinet de Sophrologie à Grenoble j’accompagne généralement les personnes entre 5 et 10 séances car à deux c’est toujours plus facile au début.

Cet article est fait pour mieux vous éclairer, je l’ai voulu un peu plus personnel en vous partageant une partie de mon mémoire de fin de formation en sophrologie. Pour vous donner peut-être une idée du chemin de la sophrologie, un exemple vaut mieux qu’un long discours !

Ce que la sophrologie m'a apporté à titre personnel

Ceci est bien sûr seulement mon vécu personnel est ne sera pas celui de tout le monde, mais l’éveil que cette pratique m’a apporté mérite d’être partagé.

Ce partage vous aidera peut-être à voir l’évolution et que pour moi non plus l’entraînement n’a pas été super facile au départ ! Selon Sofrocay (l’institution fédératrice de la Sophrologie Caycédienne en tant que discipline de recherche, enseignement et application) les conditions pour un bon résultat : La répétition de la pratique + la force de la volonté + La persévérance.

Extrait tiré de mon mémoire de Sophrologie Caycédienne cycle fondamental

 “Quand j’ai commencé cette formation, j’avais pour objectif d’aider les autres. Ayant déjà un peu travaillé sur moi-même, j’avais envie d’aider les autres à faire de même au travers de la sophrologie. Je voyais des gens se gâcher la vie à cause du stress, de la fatigue etc. Je ne pouvais pas les regarder sans rien faire.

Mais j’ai peu à peu compris que la sophrologie était avant tout un travail personnel, un retour à soi, à notre être profond. J’ai vite vu que si je ne vivais pas moi-même les séances je n’arriverai rien à faire passer.

L’entraînement a été assez difficile au départ, je le vivais plutôt comme une contrainte. Puis j’ai fait des efforts, c’est devenu moins difficile et finalement ces entrainements sont maintenant un besoin. D’autant plus que je peux maintenant choisir dans tout le panel pour trouver la pratique qui correspond le mieux à mon envie ou à mon attente du moment.

La sophrologie m’a appris à apprivoiser mes capacités, j’ai développé ma confiance en moi, ma capacité à parler en public. Cequi est complètement liée à la confiance. J’ai appris à gérer mes émotions, à prendre du recul face aux situations. La sophrologie m’a permis de revenir à moi, à mes valeurs, mes réels besoins. J’ai appris à attendre beaucoup moins des autres, quand on est en accord avec soi-même on a moins d’attente. Et aussi j’ai changé ma façon de penser. Ce n’est pas parce que je pense à moi, parce que je prends du temps pour moi que je suis égoïste. Je suis au contraire plus disponible aux autres quand je l’ai été pour moi-même et si je suis bien ancrée.

Mes capacités développées et le métier de sophrologue

J’ai développé ma créativité, mon intuition et mon optimisme. J’arrive à avoir une meilleure récupération physique et mentale, même dans les moments difficiles.

J’ai compris que le sophrologue était là pour accompagner et non pour porter la personne. Nous sommes seul maître de notre entraînement, de notre vie. On ne peut obliger personne à avancer, chacun doit faire son chemin à son propre rythme. Le sophrologue donne des outils et le sophronisant décide de les utiliser ou non.

La sophrologie m’a accompagnée pour revenir à mon corps. J’ai des sensations au quotidien de certaines parties de mon corps dont je n’avais pas conscience. J’apprends à plus écouter mon corps pour ne pas aller trop loin dans mes retranchements.

La conscience est pour moi un chemin de soi vers soi. En prendre conscience permet l’évolution de la structure physique et psychologique pour une meilleure compréhension de soi et du monde.

En commençant cette formation je n’avais pas du tout conscience de là où pouvait nous amener la sophrologie. Je ne pensais pas pouvoir faire des souhaits de paix aussi forts ou pouvoir retourner dans mon passé aussi facilement. J’ai pu sentir mes os et mes cellules et la découverte n’est pas terminée !

La sophrologie est un art de vivre, une autre compréhension de soi-même et du monde qui nous entoure. En sophrologie on réactive quelque chose qui nous appartient et on va lui redonner de la place… “

La sophrologie permet de prendre conscience du positif dans sa vie

La sophrologie fait partie de ma vie et j’adore voir comment elle fait ensuite partie de la vie des personnes que j’accompagne dans mon cabinet de sophrologie. Leur sourire à la fin de la séance quand elles ré-ouvrent les yeux, leur visage qui change au fil des séances, leurs prises de conscience sur leur vie, leurs choix. Un jour une cliente qui m’a dit que la sophrologie devenait addictive pour elle: « c’est ma drogue ». Elle attendait les séances avec impatience et que son corps savait. Elle retrouvait quasiment immédiatement les sensations positives s’installer dès le départ de la séance. Ce lâcher-prise qui l’accompagnait de plus en plus dans la vie de tous les jours. 

On a souvent tendance à « somatiser » le négatif. La somatisation se traduit par l’expression corporelle d’un sentiment ou d’une émotion. On somatise beaucoup notre stress, nos peurs qui peuvent se traduire par des sensations désagréables (gorge nouée, tensions musculaires), voir des douleurs au quotidien (douleurs dorsales, abdominales…).

Et bien en sophrologie on apprend à somatiser le positif ! A répercuter le sentiment de bien-être d’une séance dans notre corps et à l’intégrer. L’intégrer pour qu’ensuite dans la vie de tous les jours il soit beaucoup plus facile d’accéder à des sensations positives qu’à des sensations négative. C’est du travail et nos vieux schémas ont besoin d’être un peu bousculés. Mais le retour de cette cliente nous permet de voir combien son corps sait et apprécie !

Ce qu’il faut savoir avant de pratiquer la sophrologie

méditation vs sophrologie

Méditation VS Soprologie

On me demande souvent si la sophrologie c’est de la méditation : « parce que si c’est ça moi je m’endors c’est même pas la peine ». Je réponds que ce sont des cousins, l’un est complémentaire de l’autre. L’avantage de la sophrologie est que l’on passe par des mouvements pour revenir au corps. On aura donc moins tendance à s’endormir. Même si on n’est jamais à l’abri, et puis même si l’on s’endort, il se passe toujours quelque chose au niveau de notre inconscient ! Je pratique moi-même la sophrologie et la méditation qui n’ont pour moi pas le même but et qui travaille chacune quelque chose de différent.

Le professeur Caycedo c’est inspiré de la méditation pleine conscience pour affiner sa méthode et dans certains cas la méditation est pratiquée durant une partie de la séance.

Choisir son sophrologue

Il est aussi important de bien choisir son sophrologue. Le bouche-à-oreille est important, on peut aussi se fier aux avis que l’on retrouve sur internet. De toute façon il faut se fier à son ressentit, si lors de la première séance le courant n’est pas passé il n’est pas nécessaire de continuer avec la même personne. On peut changer de sophrologue, l’alliance entre sophrologue et sophronisant (personne venant pratiquer la sophrologie) est très importante. Lors d’un salon où j’ai pu rencontrer différentes personnes quelqu’un m’a dit « j’ai déjà fait de la sophrologie une fois mais la voix de la sophrologue était insupportable pour moi, j’ai détesté ». La voix fait aussi partie des critères à prendre en compte, ça ne sert à rien de continuer avec un sophrologue dont la voix ne nous apporte pas un minimum de bien-être, de confiance, d’apaisement. Les séances seront de la torture et les enregistrements aussi ! Et surtout ne pas baisser les bras dès la première séance et retenter peut-être avec quelqu’un d’autre !

L’évolution au fil des séances de Sophrologie

D'abord une prise de conscience du moment présent

Pour pratiquer, surtout les premières séances, il faut vraiment beaucoup de bienveillance envers soi-même, je le répète souvent à mes sophronisants mais nous sommes humains et bien sûr que pendant la séance il y aura des pensées, est c’est complètement ok, il faut juste essayer de ne pas s’attarder dessus. Peut-être aussi que pendant les premières séances le fait de se reconnecter à son corps et à ses sensations sera l’occasion pour notre corps d’enfin s’exprimer ! Alors il pourra peut-être mettre des signaux d’alarme sur tous les endroits que l’on ne voulait pas écouter : notre épaule qui d’un coup nous fait extrêmement mal, notre douleur à la cheville que l’on traîne depuis 10 ans qui se réveille pendant la séance… Mais tout ça est complètement normal et sain. Plus on pratiquera et plus notre corps saura que ressentir des sensations positives est finalement bien plus agréable.

Puis viennent les projections dans le futur et le retour dans notre passé

Une fois que nous sommes bien ancrés et attentifs à notre corps nous pourrons pratiquer des séances en lien avec notre futur, pour se projeter dans un moment du futur que nous voulons vivre positivement. Ces séances sont très utiles pour la préparation aux examens, concours, entretien d’embauche ou tout autre projet de vie.

Vient ensuite le retour dans notre passé positif, voir comment celui-ci nous a construit et a fait de nous la personne que nous sommes aujourd’hui. Sans jugement et sans à priori nous laisserons revenir des souvenirs du passé, cela permet de prendre conscience de capacités que nous avions dans le passé et que nous avons peut-être enterrées, de prendre conscience de comment nous nous sommes construit. De très belles choses ressortent de ces séances mais c’est vraiment le rôle du sophrologue d’estimer si la personne est prête pour ça, et de ne pas aller trop vite.

Et nous pouvons ensuite aller à la rencontre de nos valeurs profondes, étrangement ce n’est pas forcément les valeurs qui nous viendraient tout de suite à l’esprit qui ressortent pendant les séances. Se reconnecter à ses valeurs profondes pour être plus aligné avec la personne que nous sommes profondément et ce que nous avons envie de mettre en place dans notre vie.

Passons maintenant aux choses plus sérieuses 🙂

L’histoire de la Sophrologie Caycédienne

Le Pr A. Caycedo a inventé la sophrologie Caycédienne en 1960 à Madrid. Il s’est inspiré de plusieurs sources : yoga, méditation, hypnose, phénoménologie… Il était médecin psychiatre en clinique et a développé cette méthode à la base pour des patients. Puis il l’a développée pour le champ social. Aujourd’hui on s’en sert dans le cadre de l’entreprise, en milieu scolaire, dans les milieux de santé, dans le sport …

La sophrologie s’appuie sur 4 principes :

  • Le principe d’action positive : toute action positive sur une partie de la conscience se répercute positivement sur la totalité de l’être. La répétition du positif amène à développer des habitudes, des valeurs qui renforcent un état de bien-être.
  • Le schéma corporel comme réalité vécue : « la conquête du corps est la conquête de l’esprit. C’est inscrire notre schéma corporel dans notre conscience. La sophrologie permet de retrouver notre corps tel qu’il est et non l’image qu’on peut avoir de lui, de son histoire.
  • Le principe de réalité objective : ce principe concerne plus particulièrement le sophrologue, il doit comprendre et percevoir son propre état de conscience pour en tenir compte face à celui de son client.
  • Le principe fondamental d’adaptabilité : La méthode Caycédienne peut s’adapter à chaque personne que le sophrologue accompagne suivant sa réalité objective et ce pour quoi cette personne vient le consulter. Elle est adaptable à tout âge, à toute condition physique. C’est les techniques et les théories qui s’adaptent aux personnes et non l’inverse.

Qui peut pratiquer la sophrologie ?

Qui peut pratiquer la sophrologie?

Tout le monde peut pratiquer la sophrologie : homme, femme, enfants. Du plus jeune au plus âgé. Avec le principe d’adaptabilité on a pu voir que la méthode s’adapte à chaque personne. Nous n’allons pas forcément travailler de la même manière avec un enfant qu’un ado, ni avec une personne âgé qu’un jeune actif mais le fond reste le même, les exercices seront proposés peut-être dans une posture différente, par le biais de jeux pour les enfants, d’une durée plus ou moins longue suivant la capacité de concentration… Mais vraiment tout le monde peut essayer si la motivation est là.

Déroulement d’une séance de sophrologie

Une séance de sophrologie dure entre 45 minutes et une 1 heure en moyenne. Les séances peuvent se dérouler en individuel ou en groupe.

La première partie de la séance est un temps d’échange avec le sophrologue sur les attentes de la personne ou du groupe, les évolutions depuis la dernière séance etc.

Lors de la première séance de sophrologie en individuel, le temps d’échange est plus long afin de cerner les besoins de la personne et de définir le « plan d’action » pour les séances suivantes.

S’en suit un exercice de relaxation dynamique. Le sophrologue montre d’abord « rapidement » ce qu’il va se passer durant l’exercice, peut-être les différents mouvements à faire et pendant l’exercice le sophrologue pratique en même temps que la personne ou que le groupe, donc pas de panique si l’on ne se souvient plus d’un mouvement un petit coup d’œil au sophrologue permet de s’en rappeler !

Puis un deuxième temps d’échange, après la pratique, pour cette fois-ci parler un peu plus du ressenti, des sensations de chacun pendant la séance de sophrologie.  Mettre des mots sur ses sensations permet de mieux les ancrer et les percevoir.

Pour quelle(s) raison (s) peut-on faire de la sophrologie ?

La sophrologie pourquoi faire?

Le champ d’application est TRES large !

La sophrologie est souvent utilisée pour la gestion du stress. Mais on peut aussi pratiquer la sophrologie pour des troubles du sommeil, un projet qui nous tient à cœur. La gestion de douleur est l’une des nombreuses applications de la sophrologie.

Elle est aussi très utile pendant d’adolescence pour aider à la concentration, pour gérer ses émotions fortes. Chez les enfants c’est aussi assez magique, ils n’ont quasiment pas de barrière et arrivent très bien à réutiliser les exercices à la maison, ils apprennent à « ne rien faire qu’à écouter leur corps », ils apprennent le calme, à mettre des mots sur leurs sensations, leurs émotions.

La sophrologie est aussi très utile pendant la grossesse, avec les changements du corps, ou peut-être pour gérer le stress lié à l’accouchement ou tout simplement pour avancer vers le fait d’être mère.

Les sportifs et artistes utilisent aussi beaucoup la sophrologie en complément de leurs entraînements. Pour appréhender leur corps différemment et mieux gérer le stress de la compétition ou de la scène.

Je tenais à vous partager mon expérience mais il est plus facile de le vivre que de l’écrire.

En résumé : « La sophrologie ne vise pas à rendre la vie extraordinaire mais à rendre ordinaire l’extra ».

N’hésitez pas à me poser vos questions par mail je serai ravie d’y répondre !

Shirley DIASPARRA

Sophrologue à Grenoble

Catégories : Sophrologie

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *